CDF : On connait les finalistes

Les tournois de Nantes ont distribué les derniers billets pour la finale à Sète. Le GIFT et Olonne ressortent gagnants du week-end. Nantes assure en double.


En double, les clubs de l’élite ont assuré

Samedi à Nantes, la paire Caramelle/Gerhold du GIFT a remporté le tournoi devant les doubles de Nantes et du TB Olonnais.
Battu en finale, le double Delanous/Noblet assure sa place à Sète.
Les doubles du TBO assurent l’essentiel en finissant 4ème et 5ème et seront également présents à Sète.
La paire sètoise Aubenque/Perret avait fait le voyage à Nantes. Le double finit 9ème et repart avec une place en finale.

Le club de Nantes sera représenté avec 3 doubles. Suivent Ajaccio, Aubagne, Issy/Moulineaux, Olonne/Mer et Sète avec 2 doubles qualifiés. Génilac, Saint-Raphaël et Bastia complètent la liste des 16 finalistes.

Classement général -> ici

En simple, des favoris et des promesses

Le grand favori Kévin Castélao remporte le tournoi devant son coéquipier William Rambaud. Ce dernier était dos au mur après 2 tournois catastrophiques. Il a accomplit un tournoi de simple de grande qualité et sera un client sérieux à Sète.
Vincent Voisinot assure également sa place en finale avec une 3ème place.
Il gagne face à David Cubells (4ème). Le jeune Nantais confirme sa progression cette saison.

Julien Riotteau, 5ème du tournoi, fera le voyage à Sète, tout comme Raphaël Noblet qui, malgré un tournoi raté, obtient son ticket également avec Maxence Vernier qui s’est arrêté à la fin des matchs de poule sur blessure.
Jérémy Caramelle présent à Nantes finit 8ème. Il avait déjà sa place pour la finale. L’inusable Jean Deloffre, 10ème du tournoi, sera une nouvelle fois en finale. Il sera le doyen de la compétition.

La déception est venue de la surprenante 9ème place de Maël Delanous. Il échoue pour 2 petits points au classement général et n’ira pas en finale de simple.

Les autres joueurs absents à Nantes mais également qualifiés:
Nicolas Compan, David Elhaik, Ludovic Bouix, Cyril Bertelli, Kévin Perret, Daniel Ionascu et Ismaël Bouthara.

Laisser un commentaire